Accueil > Bulletin de l’IFAN > 1958 - Tome XX > Série A - Sciences naturelles > Contributions à l’étude de la flore et des groupements végétaux de la Mauritanie - I. — Note sur quelques plantes récoltées à Chinguetti (Adrar Tmar)



Contributions à l’étude de la flore et des groupements végétaux de la Mauritanie - I. — Note sur quelques plantes récoltées à Chinguetti (Adrar Tmar)
PDF - 458.9 ko
Contributions à l’étude de la flore et des groupements végétaux de la Mauritanie - I. — Note sur quelques plantes récoltées à Chinguetti (Adrar Tmar)
Document à télécharger

Les récoltes faisant l’objet de cette présente note ont été effec­tuées durant la dernière décade du mois d’août 1956. A cette époque de l’année, la région de Chinguetti n’avait pas encore béné­ficiée d’une goutte de pluie. J’ai pu, néanmoins, confectionner un petit herbier grâce surtout à l’exploration de la palmeraie et du jardin du Poste.
Enfin, ces récoltes apportent quelques nouveautés à la flore de l’Adrar Tmar (4 espèces).

A. — ÉNUMÉRATION DES SPÉCIMENS RÉCOLTÉS

AMARANTACEAE.

1. — Amaranthus Blitum L.

SYNONYME : Amaranthus angustifolius LAn.
Nom HASSANIYA : bözebazö [1].
TYPE BIOLOGIQUE : thérophyte.
AIRE GÉOGRAPHIQUE : régions tempérées et tropicales des deux Mondes.

En ce qui concerne la transcription des noms vernaculaires maures, j’ai noté ceux-ci comme j’ai cru les entendre après me les être tait répéter plusieurs fois de suite. L’al­phabet latin ne permettant pas une transcription phonétique correcte, j’ai cherché seu­lement à m’en rapprocher et ceci le plus simplement possible. La collaboration d’un linguiste eût été, sans aucun doute, des plus fécondes.
OBSERVATIONS : mauvaise herbe polymorphe très répandue dans les oasis sahariennes. Les individus de cette espèce sont particu­lièrement nombreux dans les cultures irriguées, autour des points d’eau, près des habitations, etc... Cette Amaranthe aurait été cultivée autrefois comme plante potagère ce qui expliquerait sa vaste répartition géographique actuelle.

BORAGINACEAE.

2. — Heliotropium bacciferum FORSSK.

SYNONYME : Heliotropium undulatum VAHL
Nom HASSANIYA : l’hébaliyé.
TYPE BIOLOGIQUE : chaméphyte. Occasionnellement nanopha­nérophyte.
AIRE GÉOGRAPHIQUE : Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc). Arabie. Palestine. Tout le Sahara. Mauritanie. Sénégal. Soudan français. Sudan (ex Soudan anglo-égyptien).
OBSERVATIONS : fleurs blanches. Ne semble pas avoir une époque de floraison bien déterminée. Plante capable de supporter une assez forte salinité du sol. Elle rentre fréquemment dans la composition de la flore qui peuple le cordon littoral ou avant-dune de la côte atlantique africaine. C’est notamment une compagne du Soncheto-Euphorbietum-glaucophyllae du littoral sénégalais, du Polycarpaee­tum niveae du littoral à Nouakchott, du Polycarpaeetum sous-asso­ciation Echiochiletosum Chazaliei de Port-Étienne (ces termes de Phytosociologie descriptive sont donnés à titre provisoire).
UTILISATIONS : serait un bon médicament pour soigner les brû­lures. On exprime le suc de la plante et on l’applique directement sur la partie brûlée.

CAESALPINIACEAE.

3. — Cassia Tora L. (specimen mancum).

Nom HASSANIYA : Völlèkié.
TYPE. BIOLOGIQUE : thérophyte.
AIRE GÉOGRAPHIQUE : plante très répandue en Afrique tropicale et pénétrant assez loin dans le Sahara atlantique (= occidental) subocéanique. Signalée dans l’Inde.
OBSERVATIONS : fleurs jaunes. Espèce sporadique en Mauritanie saharienne. Semble préférer les terres argilo-sablonneuses.


[1] Le parler maure est selon la définition de M. V. MONTEIL un « dialecte arabe, plus ou moins berbérisé dans son vocabulaire, appelé hassaniya ».




Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie en partenariat avec le Centre Culturel Français
et l’Université de Nouakchott.